in ,

Sexe du bébé : quand l’annonce déçoit les parents

Crédits : iStock
Sexe du bébé : quand l’annonce déçoit les parents
Notez cet article

En ce qui concerne la découverte du sexe de bébé, il y a deux écoles : ceux qui souhaitent attendre le jour de la naissance et ceux qui, au contraire, trépignent d’impatience et veulent le connaitre au moment de l’échographie (il est possible de découvrir ce secret dès la 20e semaine de grossesse). Seulement, la révélation du sexe du bébé n’est pas pour tous un beau moment. Certains parents peuvent en effet avoir du mal à cacher leur déception, qui peut durer jusqu’à la naissance… 

Des explications à la déception

La déception est un sentiment tout ce qu’il y a de plus humain. Seulement, il est parfois possible de s’en vouloir à soi-même d’être déçu. Et c’est généralement le cas pour ces parents qui sont déçus à l’annonce du sexe de leur bébé. Ils s’en veulent de penser à leur déception plutôt que de se dire qu’ils ont de la chance que leur bébé soit en bonne santé. Cette annonce du sexe peut donc devenir très compliquée à gérer pour certains parents qui sont partagés entre l’envie d’être heureux d’attendre un enfant en bonne santé et la déception qu’il ne soit pas du sexe tant attendu.

Même si certains n’ont absolument aucune préférence quant au sexe de leur enfant, d’autres au contraire y accordent une importance toute particulière. En effet, beaucoup de futurs parents se sont déjà imaginés des centaines de fois avec leurs “enfants idéaux”, et cela impliquait pour eux tel ou tel sexe. Ainsi, certains parents souhaitent à tout prix un petit garçon afin de “perpétrer” le nom de famille, alors que d’autres préfèrent une petite fille. Pour diverses raisons, certains parents ont des préférences.

Dans certains cas, ces préférences révèlent en fait des histoires familiales compliquées. Certaines femmes peuvent avoir eu des rapports conflictuels avec leur mère et ne souhaitent donc pas reproduire ce schéma avec une petite fille, alors que d’autres au contraire en souhaiteront une pour “conjurer le sort”. Quoi qu’il en soit, il est rare que ces attentes, et donc ces déceptions au moment de l’annonce du sexe, n’aient aucune explication.

Le moment de l’annonce

Les parents doivent tout d’abord savoir qu’ils ne sont pas les seuls dans ce genre de cas et que de nombreux autres ressentent également une certaines déception au moment de l’annonce du sexe de leur enfant. Il est donc important de déculpabiliser et de ne pas trop s’en vouloir. Il est vrai que cette déception peut paraître complètement invraisemblable pour certains, notamment pour des parents qui ont un bébé avec de gros problèmes de santé par exemple. Mais cela ne signifie pas pour autant que la déception des autres ne doit pas être prise en compte. Généralement, il s’agit surtout d’une appréhension plutôt que d’une réelle déception. Il ne faut donc pas trop s’en vouloir !

Après l’annonce, rien ne sert de s’isoler dans son chagrin, il faut plutôt en parler. Certains appréhendent d’en parler à leurs proches, de peur justement d’être jugés. Dans ce cas-là, mieux vaut se confier à des professionnels : sage-femme, obstétricien ou même thérapeute. Tous ont certainement déjà dû être confrontés à ce genre de problème et ils sauront donc parfaitement comment y remédier.

Parfois, simplement en consultant certains forums, il sera possible de trouver des femmes qui ont été dans le même cas. Et toutes seront certainement d’avis pour dire que leurs craintes ont disparu au moment de la naissance de leur bébé, et que finalement tout se passe pour le mieux.

Lorsque le sentiment persiste après la naissance

Même si généralement ce sentiment disparaît dès que l’enfant vient au monde, dans de très rares cas, certaines personnes n’arrivent pas à accepter l’idée que le bébé ne soit pas du sexe souhaité. Dans ce cas-là, un suivi psychologique peut être nécessaire afin de déterminer quelle est la cause de ce mal-être et de ce déni. Après l’avoir identifié, il sera certainement plus simple d’accepter l’enfant tel qu’il est, et surtout de lui donner tout l’amour du monde.

Sources : Parents, Enfant, MagicMaman

Articles liés :

Grossesse : connaître ou non le sexe du bébé

Deuxième enfant : la peur de ne pas l’aimer autant que le premier

Lorsque le futur papa ne s’investit pas dans la grossesse