Sexualité et confinement : les changements vécus par les Français

Crédits : iStock

Le confinement a été un événement extrêmement particulier à vivre pour tout le monde. Cela nous a forcés à adopter de nouvelles habitudes, ce qui peut être très bouleversant pour certains. Forcément, la vie sexuelle des Français a également changé, et particulièrement celle des célibataires. Contraints de passer le confinement seuls, ces derniers ont inévitablement eu un rythme sexuel très réduit. C’est justement ce que démontre un sondage mené par Ifop et Pornhub, qui s’intéresse principalement à la sexualité des Français post-déconfinement.

Un retour à la sexualité très progressif

Visiblement, le confinement a eu quelques conséquences sur les habitudes sexuelles des célibataires. Ces derniers ont en effet dû subir une « abstinence forcée » qui aurait pu entraîner par la suite une volonté de « consommer » beaucoup de sexe, comme pour rattraper le temps perdu. Cependant, cette récente étude prouve le contraire et montre que 90% des célibataires ont aujourd’hui besoin de « stabilité sexuelle et affective ». Cela signifie qu’ils préfèrent trouver un·e partenaire stable plutôt que d’enchaîner les conquêtes sans lendemain.

Cela se traduit d’ailleurs très bien dans les chiffres qui font état de la reprise progressive de l’activité sexuelle par les célibataires depuis la fin du confinement. Ils seraient en effet seulement 33 % à avoir eu un rapport dans le mois qui a suivi le déconfinement. Un retour donc plutôt timide qui montre que cette période a véritablement changé les habitudes des personnes seules.

sexe couple amour point A
Crédits : iStock

La crainte de tomber malade

Visiblement, les Français n’ont pas oublié que nous sommes toujours en période de pandémie. François Kraus, directeur du pôle « Genre, sexualités et santé sexuelle » de l’Ifop, affirme en effet que « la tendance est plutôt à la prudence ». D’ailleurs, 59% des sondés déclarent éviter d’avoir des rapports sexuels avec une personne plus à risque, comme quelqu’un qui travaille dans le domaine médical. Ils sont également 58% à refuser de passer la nuit avec une personne qui a déjà contracté le coronavirus, même si elle est à présent soignée.

Les rencontres sont également moins nombreuses, car 43% des sondés affirment qu’ils évitent de fréquenter certains lieux propices aux rencontres amoureuses par peur de contracter le virus.

Finalement, cette vaste enquête prouve à quel point cette pandémie a des conséquences sur la vie de chacun. Les personnes ayant déjà contracté le virus sont vraisemblablement pointées du doigt et même parfois discriminées lorsqu’il est question de faire de nouvelles rencontres. Difficile pour l’heure de savoir comment évoluera la situation et quel sera le futur des relations amoureuses. Cependant, il y a fort à parier que cet événement laisse des traces pour longtemps.