Une illustratrice montre à quel point les comportements des parents peuvent être absurdes

Crédits : iStock

Depuis plusieurs années maintenant, les méthodes d’éducation « traditionnelles » sont vivement remises en question. Il y a quelques années encore, la fessée était par exemple parfaitement normale, alors qu’elle a été formellement interdite il y a quelques semaines. Tout doucement, l’éducation semble devenir plus bienveillante notamment en bannissant les punitions corporelles. Seulement, il est encore possible de constater beaucoup de violence dans les paroles. Des mots souvent mal choisis pour des enfants et qui ont un réel impact sur leur développement. Pour montrer l’absurdité de ces termes, l’illustratrice Fanny Vella transpose ces situations avec les adultes. Des dessins qui démontrent parfaitement à quel point les parents peuvent avoir des propos complètement irrationnels.

1) La notion de consentement

Si le consentement est une notion essentielle dans la majorité des familles, la définition de ce terme n’est pas toujours appliquée dans sa globalité. Le consentement revient également à ne pas forcer un enfant à embrasser d’autres personnes ni même à avoir un contact physique avec. Seulement, les adultes ont bien souvent tendance à demander un petit un bisou ou un câlin alors qu’il s’agit d’une pratique qui semble irréelle lorsqu’on l’applique à un adulte.

2) Être toujours de bonne humeur

Les enfants aussi ont leurs humeurs et celles-ci doivent être respectées, au même titre que celles des adultes. Cependant, on attend bien souvent d’un petit qu’il soit toujours souriant, agréable et poli. Mais cela revient justement à renier ses émotions et ses ressentis, alors qu’il a tout simplement besoin d’écoute, au même titre qu’un adulte.

3) La pression du décompte

Quel parent n’a jamais fait un décompte jusqu’à trois pour encourager un enfant à obéir rapidement ? S’il s’agit pour beaucoup d’un comportement tout à fait normal, il faut bien avouer que lorsqu’il est appliqué à un adulte, il peut sembler parfaitement absurde. Ne serait-ce donc pas le signe qu’il n’est pas vraiment approprié à l’éducation d’un enfant ?

4) La notion de liberté bafouée

S’il est nécessaire d’imposer aux enfants un certain cadre, il est aussi important de savoir les écouter. Les adultes ont toujours soif de liberté et ont tendance à oublier qu’il en va de même pour les enfants. Seulement, ces derniers voient souvent leurs faits et gestes dictés sans pour autant avoir leur mot à dire.

5) Parler d’eux en oubliant leur présence

Dès leur plus jeune âge, les enfants sont capables de comprendre bien des choses. Pour autant, il n’est pas rare de voir des parents parler d’eux de façon péjorative en leur présence, comme s’ils ne pouvaient pas entendre ou comprendre les propos tenus. Un comportement pouvant avoir de réelles répercussions sur les petits qui peuvent alors perdre confiance en eux.

6) La banalisation des châtiments physiques

Durant très longtemps, les châtiments physiques pour punir les enfants étaient parfaitement normalisés. Cependant, lorsqu’ils sont appliqués aux adultes, tout le monde s’en offusque, ce qui est bien normal. Il s’agit là du signe qu’ils ne sont certainement pas la solution aux problèmes de comportements et ne sont pas plus productifs qu’une autre punition.

7) Minimiser les émotions

Les peurs sont par définition irrationnelles. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’elles doivent être prises à la légère et surtout moquées. Il s’agit en effet d’un comportement qui ne s’applique pas avec les adultes qui sont quant à eux généralement pris en considération. Pourquoi la situation serait-elle différente avec des enfants ?

8) La notion de partage

Les parents ont bien souvent tendance à mettre un point d’honneur à la notion de partage. Selon eux, les enfants se doivent de tout partager, avec n’importe qui et sans condition. Cependant, lorsque ce principe est appliqué sur des adultes, il semble parfaitement incongru. Il n’est en effet pas aisé, voire impossible, de prêter ou donner quelque chose à quelqu’un lorsque nous n’en avons pas envie.

Articles liés :

Violences éducatives ordinaires (VEO) : de quoi s’agit-il ?

Une illustratrice démontre parfaitement le poids des mots sur les enfants

Fessée : 5 bonnes raisons de l’éviter