Motricité libre : les 5 comportements à adopter pour l’enseigner à vos enfants

Crédits : iStock

Depuis quelques années, il est possible d’observer un vrai retour à des méthodes d’éducation plus simples et moins chargées que tout ce que nous avons connu dernièrement. Vous avez certainement déjà entendu parler de la motricité libre qui consiste dès les premiers jours de bébé à le laisser le plus possible libre de ses mouvements. Pour y parvenir, les parents doivent faire preuve de beaucoup de lâcher-prise, ce qui est souvent difficile pour eux.

1) Respecter le rythme de bébé

La motricité libre est un principe qui doit respecter le rythme et la croissance de l’enfant. Il est donc nécessaire de ne pas trop intervenir dans les apprentissages moteurs du bébé et de le laisser gérer au maximum seul. Cela revient par conséquent à le laisser évoluer sans vouloir forcer les choses. Si votre bébé n’est pas encore prêt à se tenir assis, vous ne devez pas le mettre en position assise, faute de quoi vous ne pas respecteriez pas sa physiologie. Il en va de même pour l’apprentissage de la marche. Le bébé ne doit pas se sentir forcé à le faire. Il ne faut donc pas l’aider en lui tenant les mains, mais simplement lui permettre de se lancer lorsqu’il sera fin prêt.

2) Faire l’impasse sur certains objets de puériculture

La naissance d’un enfant est aujourd’hui un véritable business pour les marques de puériculture. On retrouve donc dans certaines enseignes toutes sortes d’objets censés aider bébé dans son développement et faciliter le quotidien des jeunes parents. Seulement, une grande partie de ces objets est généralement parfaitement inutile et incite juste les parents à plus de consommation. On retrouve notamment le transat qui, s’il est bien pratique, ne permet pas une liberté de mouvement nécessaire pour la motricité libre. Le trotteur, qui doit initialement apprendre à un enfant à marcher, est également déconseillé par les professionnels de santé. Cet objet donne en effet de mauvaises habitudes de marche à l’enfant et ne lui permet pas d’apprendre les bons gestes.

3) Bien choisir ses vêtements

La tenue vestimentaire peut sembler être un détail pour bien des parents, mais peut pourtant être déterminante dans l’apprentissage de la motricité pour un bébé. Il est en effet nécessaire que l’enfant porte des vêtements amples et confortables afin qu’il soit parfaitement libre de ses mouvements. Pour pratiquer la motricité libre, il doit pouvoir se déplacer facilement et ne doit surtout pas être gêné par ses vêtements.

4) Aménager son intérieur

La motricité libre implique d’avoir un intérieur épuré afin de permettre à l’enfant de se déplacer sans rencontrer trop d’obstacles. Vous devez donc bien vous équiper et surtout vous contenter de l’essentiel afin de lui permettre de progresser à son rythme. Un tapis d’éveil est généralement indispensable afin qu’il soit bien installé pour évoluer. Quelques jouets suffisent et ces derniers doivent être adaptés. Il doit pouvoir les attraper et les manipuler facilement et ils ne doivent représenter aucun risque d’étouffement. Les jouets lumineux et trop stimulants sont également inutiles pour la motricité libre, mieux vaut privilégier des objets simples qui vont permettre d’améliorer la motricité fine, comme des jeux de transvasement.

5) Un bon accompagnement

Si la motricité libre est avant tout une véritable épreuve de lâcher-prise pour les parents, il est indispensable de trouver sa juste place dans ces apprentissages. Il faut à la fois savoir s’effacer tout en étant présent pour lui offrir un cadre sécurisé afin qu’il se développe dans de bonnes conditions sans prendre de risque.