Sodomie : y a-t-il des risques pour la santé ?

Crédits : iStock

Généralement très appréciée par les hommes, mais au contraire vivement redoutée par les femmes, la sodomie est au cœur de nombreux débats. Cette pratique qui semble encore réellement taboue dans beaucoup de couples pourrait pourtant apporter beaucoup de plaisir aux deux partenaires. Mais est-il pour autant risqué de la pratiquer ?

La sodomie : un fantasme particulièrement masculin

Si la sodomie a longtemps été considérée comme une pratique courante chez les hommes homosexuels, il s’agit aussi de quelque chose qui séduit de plus en plus les couples hétérosexuels. Il faut bien le reconnaître : si la sodomie peut intéresser les femmes, ce sont souvent les hommes qui sont en demande de cette pratique. En effet, l’anus est un orifice bien plus petit et contractile que le vagin, les sensations sont donc amplifiées pour l’homme qui prend généralement plus de plaisir, car son pénis est serré bien plus étroitement. Il faut également ajouter qu’en plus de cela, le fantasme de la sodomie est entretenu par la sensation de domination que cette pratique procure à l’homme, qui est souvent très excitante.

Bien évidemment, la sodomie peut aussi être une pratique excitante chez les femmes qui peut permettre de pimenter la vie sexuelle. La pénétration anale peut en effet permettre d’atteindre l’orgasme chez la femme grâce à des stimulations sur des points particulièrement sensibles.

Une pratique risquée ?

Pratiquer la sodomie demande beaucoup plus de précautions que pour une autre position sexuelle. En effet, à la différence du vagin, l’anus ne sécrète absolument aucune substance lubrifiante, la pénétration n’est donc pas aussi facile. Sans préparation et sans lubrifiant, la sodomie peut devenir un véritable cauchemar, surtout pour la femme, car cela peut entraîner quelques petites coupures, des saignements et par conséquent beaucoup de douleur. Seulement, cette zone humide qui laisse aussi stagner les matières fécales est un véritable nid à microbes, et ces plaies peuvent rapidement se transformer en vilaines infections qui peuvent mettre un certain temps avant d’être soignées. Il ne faut donc surtout pas alterner la sodomie avec une pénétration vaginale ou une fellation. Le sexe anal peut en effet entraîner une contamination avec d’autres parties du corps à cause de toutes les bactéries présentes dans l’anus par le biais des muqueuses. La santé sexuelle peut donc réellement être impactée dans ce cas de figure. Il est donc important de parler de cela avant les relations sexuelles afin de s’assurer que chacun est d’accord à ce sujet. Cependant, des préliminaires sont tout à fait possibles avant cet acte, mais pas après.

L’anus est une zone qui n’a absolument pas de muqueuse contrairement au vagin. Les lubrifiants et préservatifs sont donc vivement recommandés pour ne pas souffrir durant les relations sexuelles anales. La sodomie peut en effet être douloureuse, elle doit donc intervenir à la suite d’une vraie préparation de la part des deux partenaires. Il s’agit surtout d’une pratique possible avec beaucoup de communication et de douceur. Les rapports sexuels ne doivent effectivement pas être source d’angoisse et de souffrance.

couple amour sexe
Crédits : iStock

Des règles strictes à appliquer

Si vous souhaitez pratiquer la sodomie, vous devez prendre quelques précautions au préalable afin que vous puissiez tous les deux y éprouver du plaisir, mais surtout éviter l’accident :

  • La sodomie ne doit pas être pratiquée sans dialogue au préalable. En effet, il faut que les deux membres du couple soient parfaitement d’accord pour tenter cette expérience et qu’il s’agisse d’un véritable désir pour les deux.
  • Il ne faut surtout pas la pratiquer s’il y a une pathologie anale, type hémorroïdes ou déchirures, au risque de réellement empirer la situation, mais aussi de n’éprouver absolument aucun plaisir, seulement de la douleur.
  • Durant l’acte, le dialogue et la douceur doivent impérativement être de mise. Si l’un des partenaires souhaite arrêter, il ne faut alors pas attendre. Les gestes doivent être très doux et délicats afin d’éviter de blesser l’autre.
  • Contrairement à une pénétration plus classique, une sodomie doit vraiment être préparée, notamment avec la toilette de la zone anale. Il ne faut pas non plus que la pénétration se fasse d’un seul coup, puisque comme pour le vagin, l’anus doit être préparé, grâce par exemple à des caresses ou encore l’introduction d’un doigt.
  • Les infections sexuellement transmissibles sont également possibles lors d’une sodomie. Si vous la pratiquez lors de relations éphémères, vous devez systématiquement penser à utiliser un préservatif.
  • La lubrification est essentielle pour cet acte afin de ne pas blesser l’autre, et pour que chacun y éprouve du plaisir. Ne lésinez donc pas sur le lubrifiant, hypoallergénique si possible.
  • Vous devez impérativement faire attention à ne pas passer d’une sodomie à une pénétration vaginale sans une petite toilette au préalable, ou alors sans changer de préservatif, afin d’éviter la prolifération de bactéries.

Quelques répercussions

La sodomie fait partie des pratiques sexuelles qui peuvent avoir de réelles conséquences sur le corps si elle n’est pas bien préparée. L’anus est une zone qui regroupe de nombreuses veines, la sodomie n’est donc pas sans conséquence, car il n’est pas rare que des hémorroïdes y apparaissent par la suite. Il est également primordial de rester doux et de ne pas trop en abuser, ou du moins éviter la pénétration d’objets volumineux, au risque d’entraîner ensuite des problèmes d’incontinence.

La question du consentement se poser également pour la sodomie. Comme il s’agit d’une pratique qui peut être douloureuse, elle a tendance à effrayer. Il est donc nécessaire de s’assurer que les deux partenaires sont réellement consentants pour le faire avant de se lancer. Comme tous les autres actes sexuels, la sodomie ne doit surtout pas être imposée et doit avant tout être une source de plaisir pour chacun.

Il est également important de savoir que la sodomie ne protège absolument pas des maladies sexuellement transmissibles. En effet, ces dernières il est parfaitement possible de contracter des maladies de cette façon. L’utilisation d’un préservatif est donc indispensable si des tests de dépistage. La sodomie n’est donc généralement pas une pratique courante entre deux inconnus, car les risques de contracter une infection sont élevés et peuvent entraîner des maladies encore plus graves.

Articles liés :

Sexe : les 6 fantasmes les plus communs

5 idées de jeux coquins à tester en couple

Comment atteindre le point G d’une femme ?