Confinement : un couple sur dix veut prendre ses distances lorsqu’il sera terminé

Crédits : iStock

Le confinement touche à sa fin pour le plus grand bonheur de la plupart des Français, et particulièrement des couples. En effet, cette situation a pu mettre à rude épreuve de nombreuses relations amoureuses. Il peut en effet être difficile de se retrouver enfermé entre quatre murs avec la même personne pendant plusieurs semaines sans avoir la possibilité de s’aérer un peu l’esprit. D’ailleurs, en Chine, dès la fin du confinement, le nombre de divorces a considérablement augmenté. Un constat qui pourrait bien se reproduire en France selon un récent sondage Ifop publié dans Le Parisien.

Prendre ses distances après la promiscuité imposée

Si le confinement a pu être vu comme une véritable aubaine pour certains couples qui allaient ainsi pouvoir profiter de temps ensemble, d’autres au contraire ont pu être effrayés par cette situation inédite. D’ailleurs, certains ont volontairement fait le choix de passer ces semaines de confinement séparés l’un de l’autre. Il s’agit d’une décision qui aurait peut-être dû être privilégiée par d’autres qui ont certainement sacrifié leur couple en restant sous le même toit.

Un récent sondage Ifop publié dans Le Parisien montre en effet que de nombreux couples ne vont pas survivre à cet enfermement. Il semblerait ainsi qu’un couple sur dix souhaite prendre ses distances à la fin du confinement. Pire encore, ils seraient 4 % à envisager une rupture définitive lorsqu’ils pourront à nouveau se déplacer librement. Preuve que la cohabitation ne convient pas forcément à tout le monde, bien au contraire.

Le confinement : une épreuve pour le couple

Si certains se sont découvert des passions durant le confinement, comme le fait d’enseigner aux enfants ou alors de cuisiner, d’autres au contraire risquent de garder un souvenir amer de cette période. Le confinement risque effectivement de créer plus de disputes et ainsi d’éloigner des couples. Visiblement, et toujours selon cette étude, les sujets de tension seraient au niveau de la gestion de la maison. D’ailleurs, ce sont les femmes qui ont dit vouloir le plus s’éloigner de leur moitié, notamment parce qu’au sein des couples hétérosexuels, ce sont elles qui ont la sensation d’en faire le plus.

La sexualité a visiblement subi aussi les conséquences du confinement. Selon ce même sondage, 21 % des couples affirment ne pas avoir eu de rapport sexuel au cours des quatre dernières semaines. En temps normal, ce chiffre est de seulement 10 %. Visiblement, le problème vient de la libido plus généralement. En effet, 15 % des personnes interrogées reconnaissent ne pas avoir ressenti de pulsions sexuelles ou même de besoin de faire l’amour.

Pour couronner le tout, il semblerait que le confinement ait eu un réel effet sur la volonté de tromper son conjoint. Si dans les faits, il est en effet bien plus difficile de vivre une aventure extra-conjugale en plein confinement, 25 % des Français vivant en couple séparément admettent avoir déjà eu des échanges avec d’anciens conjoints ou ex-partenaires sexuels. Pire encore, 27 % des personnes qui vivent en couple séparément reconnaissent avoir eu des échanges avec des inconnus sur internet. Preuve que le confinement risque d’avoir des conséquences réelles sur de nombreux couples.

Articles liés :

Confinement en famille : les attentes VS la réalité

Comment les couples peuvent-ils survivre au confinement ?

Confinement : les ventes de tests de grossesse en augmentation