Confinement : les ventes de tests de grossesse en augmentation

Crédits : iStock

Après presque deux mois de confinement, les Français, comme toutes les autres populations qui vivent actuellement la même situation, se sont progressivement habitués à cela. Il a en effet fallu trouver un certain rythme pour faire en sorte de trouver le temps moins long. Si en Chine, il a été possible d’observer une augmentation du nombre de divorces après la fin de confinement, il semblerait que la France prenne un chemin bien différent. En effet, il est fort probable que nous observions d’ici neuf mois une augmentation des naissances dans l’Hexagone, pour preuve : les ventes de tests de grossesse sont en augmentation.

Les ventes de tests de grossesse en augmentation

Nos habitudes de consommation ont beaucoup changé depuis le début du confinement, ce qui est parfaitement normal. Seulement, lorsque l’on regarde de plus près, on constate certains changements pour le moins surprenants, comme une baisse des ventes de préservatifs. En effet, au 19 avril, les ventes auraient diminué de 26 % dans ce secteur.

À l’inverse, ce sont les ventes de tests de grossesse qui ont augmenté sur la même période. Depuis le début du confinement et jusqu’au 19 avril, il est possible de constater une augmentation de 37 % par rapport à la normale. Forcément, ces chiffres laissent entendre que dans quelques mois il faudra s’attendre à une augmentation significative des naissances. Un constat évident pour certains experts qui sont persuadés que le fait que les couples se retrouvent ensemble va forcément mener à un baby-boom dans les mois à venir. D’autres spécialistes affirment que les naissances peuvent au contraire baisser après cette crise sanitaire. Les circonstances de ce confinement peuvent en effet être très anxiogènes et ainsi pousser d’éventuels futurs parents à remettre à plus tard leur « projet bébé ». Il est en effet difficile d’envisager un si bel événement dans ce contexte si particulier.

Un baby-boom dans quelques mois ?

Il est très facilement possible d’expliquer la baisse soudaine des ventes de préservatifs en partant du principe que les personnes qui utilisent des préservatifs sont généralement celles qui ne vivent pas dans une relation stable. Or, avec le confinement, les rendez-vous d’un soir sont devenus impossibles et les nouvelles rencontres difficilement envisageables.

En ce qui concerne l’augmentation des ventes de tests de grossesse, si la première idée qui peut venir à l’esprit est celle d’un baby-boom dans les mois à venir, l’explication est peut-être plus subtile. Avec le contexte très particulier et angoissant, de nombreuses femmes ont en effet pu voir leurs cycles complètement bouleversés et ainsi dû faire face à une absence de règles. Il y aurait donc forcément plus de soupçons de grossesse.

Bien évidemment, il est encore beaucoup trop tôt pour pouvoir tirer de réelles conclusions au sujet de ces changements d’habitudes de consommation. Verdict dans neuf mois pour voir si oui ou non nous allons vivre un baby-boom post-confinement.

Articles liés :

Confinement : comment les couples peuvent-ils survivre ?

Confinement, sédentarité, écrans : quelles sont les conséquences sur la santé des enfants ?

Confinement en famille : les attentes VS la réalité