Consommer du cannabis pendant la grossesse pourrait avoir des effets sur le sommeil de l’enfant à naître

Crédits : iStock

On le sait : durant sa grossesse, une femme doit prendre toutes les mesures possibles pour préserver la santé de son enfant. Bien évidemment, il s’agit de principes plus faciles à dire qu’à tenir pour certaines, notamment pour celles qui souffrent d’addiction. Cependant, qu’il s’agisse de tabac, d’alcool ou de drogues, les effets sont à chaque fois extrêmement néfastes pour la santé et le développement du fœtus. Plusieurs études s’intéressent de près à ces conséquences. Justement, de récentes recherches sur le cannabis affirment qu’il y aurait des effets sur le sommeil de l’enfant à naître.

De plus en plus de femmes enceintes consomment du cannabis

Les médecins et les femmes enceintes savent depuis seulement quelques années à quel point la consommation de substances addictives pendant la grossesse peut être dangereuse pour l’enfant à naître. Ainsi, durant de nombreuses années, les futures mamans ne prenaient pas vraiment de précautions lorsqu’elles attendaient un enfant et avaient tendance à continuer de mener leur vie presque normalement. Aujourd’hui, grâce aux progrès de la science, il a été démontré qu’il était très fortement déconseillé de continuer à consommer des substances psychotropes ou psychoactives (alcool, tabac, cannabis…) au cours d’une grossesse. Les femmes qui souffrent d’addictions sont ainsi généralement suivies de très près afin de tout faire pour les soigner et prémunir l’enfant à naître de problèmes de santé liés à cela.

Malheureusement, et malgré ces recommandations, une étude menée par une équipe de l’université du Colorado Boulder et publiée dans la revue spécialisée Sleep Health : The Journal of the National Sleep Foundation affirme que les femmes enceintes consomment de plus en plus de cannabis. Un constat qui semble totalement en opposition avec le fait qu’aujourd’hui tout le monde ou presque sait parfaitement qu’il s’agit de quelque chose de dangereux pour le fœtus.

Selon les médecins en charge de l’étude, ces chiffres en hausse pourraient s’expliquer par deux raisons : la légalisation de la marijuana dans de plus en plus d’États des États-Unis (où l’enquête a eu lieu) et les propriétés de cette substance qui permettraient entre autres de réduire les nausées de début de grossesse.

fumer grossesse tabac tabagisme cigarette danger
Crédits : iStock

Des enfants qui souffrent de troubles du sommeil

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont analysé les données qui concernent 11 875 jeunes de leurs neuf ans jusqu’à l’âge adulte. En parallèle de cela, ils ont également proposé aux mères de remplir des questionnaires afin de connaître leur consommation de cannabis lorsqu’elles étaient enceintes (que ce soit en le fumant ou en l’ingérant). Au total, ce sont 700 mères qui ont reconnu avoir consommé du cannabis pendant la grossesse, dont 184 tous les jours et 262 plusieurs fois par jour.

Les chercheurs ont ensuite voulu savoir si cette consommation pouvait avoir des effets sur le sommeil de l’enfant. En effet, la plupart des femmes concernées par le fait de consommer du cannabis pendant la grossesse avaient déjà exprimé le fait que leur enfant avait du mal à se réveiller le matin ou qu’il était très souvent fatigué au cours de la journée. S’ils n’ont pas encore réussi à trouver le lien entre l’exposition au cannabis pendant la grossesse et le sommeil futur de l’enfant, certaines études pratiquées sur des animaux ont déjà mis en lumière ces conclusions. Le THC (Tétrahydrocannabinol, principal composant du cannabis) ainsi que d’autres substances présentes dans le cannabis peuvent se fixer à des récepteurs du cerveau. Seulement, lorsque celui-ci est en plein développement, cela peut avoir des effets négatifs sur certaines zones précises, et donc potentiellement sur le sommeil.

S’il est nécessaire de faire de plus amples recherches sur le phénomène, celles-ci donnent déjà un très bon aperçu des dangers du cannabis et prouvent à quel point une bonne hygiène de vie est nécessaire durant la grossesse.