Le stress pendant la grossesse favoriserait les risques de troubles de la personnalité chez l’enfant

Crédits : iStock

La grossesse est un moment bien particulier dans la vie d’une femme qui s’accompagne bien souvent de beaucoup de stress. Il faut dire qu’aujourd’hui, ces neuf mois sont suivis de très près par les équipes médicales à tel point que le moindre faux pas est généralement montré du doigt. Les futures mamans ont donc tendance à beaucoup angoisser, ce qui pourrait malheureusement avoir des effets néfastes sur la vie future de l’enfant à naître.

Le stress aurait de réelles conséquences sur le fœtus

Si nous savions déjà que le stress dans l’enfance pouvait avoir des répercussions sur les comportements d’un adulte, une récente étude prouve que le stress ressenti in utero peut également avoir des conséquences similaires. Des chercheurs du Royal College of Surgeons d’Irlande et de l’Institut national finlandais pour la Santé et le Bien-être se sont en effet intéressés aux répercussions dans la vie adulte. Publiées dans le British Journal of Psychiatry, les conclusions de ces recherches montrent que les enfants de femmes très stressées durant la grossesse ont presque 10 fois plus de risques de développer des troubles de la personnalité avant 30 ans.

Pour cela, ils se sont intéressés au bien-être mental de 3626 femmes enceintes vivant en Finlande dont les enfants sont nés entre 1975 et 1976. Les recherches ont duré jusqu’aux 30 ans de ces enfants afin d’observer lesquels pouvaient présenter des troubles de la personnalité. Ils ont ainsi pu constater 40 cas de ce genre qui ont à chaque fois nécessité une hospitalisation. Les chercheurs ont ensuite tenté de faire un lien avec le stress que les mères pouvaient avoir durant leur grossesse. Le résultat est sans appel : les mères qui étaient faiblement ou modérément stressées durant leur grossesse avaient trois fois plus de risques d’avoir des enfants qui développeraient des troubles de la personnalité plus tard. Les résultats sont d’autant plus impressionnants pour celles qui présentaient un stress prénatal sévère, car le risque était alors 9,53 fois supérieur.

Éviter le stress au maximum

Les situations de stress durant la grossesse sont donc visiblement très nocives pour la santé de l’enfant à naître. Il est ainsi nécessaire de tout faire pour fuir les situations angoissantes durant ces neuf mois si déterminants. Si certaines sont néanmoins inévitables, il est important de bien s’entourer afin de les gérer au mieux.

La grossesse doit être vécue comme une petite bulle de neuf mois durant lesquels la femme doit penser à elle et se reposer.

Sources : Parents, Atlantico

Articles liés :

Les parents de quatre enfants seraient les moins stressés

Grossesse : pourquoi une femme stressée est souvent plus zen à cette période

Les mères de famille nombreuse vieilliraient moins vite que les autres