Préparation à la grossesse : des experts appellent à ne pas la banaliser

Crédits : iStock

Si la grossesse est un événement naturel et physiologique, elle reste tout de même une étape de la vie qui n’est pas aisée et instinctive pour toutes les femmes. Dans certains cas, elle peut également très mal se dérouler, notamment parce que le corps n’est parfois pas suffisamment préparé pour accueillir un petit être en son sein. Faire un enfant peut effectivement entraîner des complications si cela n’est pas suffisamment anticipé.

Des couples pas suffisamment préparés à la grossesse

Dans un manifeste publié dans Le Figaro, un collectif d’experts composé de professionnels de santé spécialisés dans les questions de grossesse et de pédiatrie tire la sonnette d’alarme au sujet de la préparation à la grossesse, qu’ils jugent insuffisante aujourd’hui. Ils évoquent notamment une recommandation de l’OMS qui préconise une prise régulière de vitamine B9 (ou folates) avant même la conception. Cela permettrait en effet de réduire les risques de handicap ou d’anomalie pour l’enfant à naître.

Malgré cette recommandation, très peu de femmes utilisent la vitamine B9 avant la grossesse : elles sont en effet seulement 23% en France, contre 45% au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Une différence conséquente lorsqu’on sait l’intérêt d’utiliser la vitamine B9, ce qui montre à quel point l’Hexagone a du retard en termes de préparation à la grossesse. Les experts à l’origine du manifeste rappelle que les premières semaines de grossesse sont décisives pour le fœtus, car c’est à ce moment précis que son système nerveux se met en place, et la vitamine B9 permet justement cela. Seulement, sans une prise régulière, ces premières semaines peuvent tourner au drame.

grossesse-enceinte-fatigue-douleurs-femme-maux essoufflement
Crédits : iStock

Plus de sensibilisation

En plus de la vitamine B9, les experts dénoncent une mauvaise sensibilisation des jeunes parents avant une grossesse, notamment en ce qui concerne les questions de tabac et d’alcool. Les femmes qui ont un projet d’enfant doivent en effet avoir conscience des risques liés à la consommation de ces substances, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas.

À travers ce manifeste, les experts appellent donc les professionnels de santé, et particulièrement les gynécologues, à être plus attentifs et présents pour les femmes qui souhaitent avoir des enfants. Ils parlent également des pouvoirs publics qui ont également un rôle à jouer là-dedans en organisant notamment plus de campagnes d’information et de sensibilisation. Enfin, les spécialistes demandent également aux parents eux-mêmes de « prendre une part active à cette prévention ». Les futurs parents doivent donc se lancer dans ce projet de grossesse en parfaite conscience des risques et des moyens de les éviter.